Jeunes & Entreprises

Un outil pour optimiser la "relation stagiaire"

Des entreprises implantées en Côte-d'Or se sont mobilisées aux côtés de la MDEF du bassin dijonnais pour définir les moyens d’améliorer l’intégration des jeunes dès leur premier stage.

 

Seb, Dalkia ou encore Kuehne&Nagel : elles sont plusieurs entreprises, en Côte-d’Or, à avoir planché avec la Maison de l’emploi et de la formation (MDEF) du bassin dijonnais pour définir les moyens d’améliorer l’intégration des jeunes dès leur premier stage. De fait : selon l’enquête conduite par la MDEF, "aucune des entreprises interrogées ne considère les centres de formation initiale, les lycées professionnels notamment, comme un vivier potentiel de compétences", indique Aurélie Pelletier-Ara, chargée de projet à la MDEF. L’inverse est vrai : les élèves sont certes "conscients de l’importance de cette période en entreprise" pour acquérir des compétences mais "ils n’imaginent pas l’entreprise d’accueil comme étant potentiellement leur premier employeur".

Un guide du tuteur

Partant, de nombreux partenaires ont été mobilisés pour définir un plan d’actions propre à améliorer l’intégration des jeunes. Parmi ces partenaires, outre Seb, Dalkia, Kuehne & Nagel, figurent la cellule des relations école-entreprises (CREE) de l’académie de Dijon et l’unité départementale (Côte-d’Or) de la Direccte. Ils ont développé, l’année dernière, "un guide du tuteur" : "une sorte de check-list" recensant "tout ce qu’il est important de faire pour bien accueillir un stagiaire", détaille Yannick Strubel, responsable technique du centre Dalkia Bourgogne. "Remettre le règlement intérieur, par exemple, en prenant le temps d’échanger sur ce qu’on a le droit de faire ou de ne pas faire : certaines choses peuvent paraître évidentes mais elles ne le sont pas pour des enfants qui se confrontent pour la première fois au monde du travail", précise-t-il.

Autre outil développé : la fiche individuelle pour les périodes de formation en milieu professionnel (PFMP). Elle permet aux entreprises d’individualiser le stage au regard des points forts et des points faibles du jeune.  "La fiche individuelle n’est pas parfaite mais elle permet d’intégrer le jeune stagiaire le plus intelligemment possible dans l’entreprise, souligne Franck Oblinger, responsable de la maintenance chez Seb à Selongey. Parce que, faute d’informations, on s’est déjà plantés dans la manière d’encadrer les jeunes. L’outil permet de trouver le bon jeune pour le bon sujet de stage et pour le bon tuteur."

Cet outil a tellement convaincu que, prévu à l’origine pour les seuls bacs pros, il est maintenant utilisé dans certains établissements dès la 3e pour les jeunes en prépa pro, pour qui il a été adapté. Il est en tout cas à disposition de tous les établissements scolaires et de toutes les entreprises.