Entreprendre

OCS2 trouve sa niche dans la caténaire

Quel est le point commun entre le tramway de Dijon et les chemins de fer indiens? OCS2. L'entreprise –dont le siège est à Nuits-Saint-Georges– est spécialisée dans le conseil pour équiper et entretenir les réseaux ferrés électrifiés.

 

"Une niche dans une niche": c'est ainsi que Jérôme Anselme résume son positionnement sur le marché ferroviaire. La caténaire –c'est-à-dire l'ensemble des systèmes d'électrification nécessaires au fonctionnement d'un tramway, d'un métro ou d'une ligne de train à grande vitesse– représente environ 3% du prix d'un projet, explique-t-il. Avec OCS2 (Overhead catenary solutions and services), il apporte un nouveau service, à savoir un accompagnement technico-commercial des projets (construction, exploitation, maintenance ou rénovation des réseaux).

"C'était le moment pour moi de me lancer", explique cet ancien directeur commercial chez Galland, le leader français des équipements caténaires, qui a déposé les statuts de sa SARL en septembre 2017. Il connaît le petit univers de la caténaire par cœur et il y a développé ses réseaux à travers le monde. Exercer son métier en tant qu'indépendant va lui permettre "d'accompagner les clients dans la rédaction de leur cahier des charges pour trouver le matériel qui conviendra à leurs contraintes environnementales, d'exploitation et de maintenance". La valeur ajoutée d'OCS2 est ici: la société est "capable d'aller chercher les solutions en France, en Corée ou en Allemagne parce qu'elle ne dépend d'aucun fabricant". L'expérience le montre, chaque projet demande une solution différente, détaille Jérôme Anselme. Un exemple: "Si un réseau est contraint à des fréquences d’exploitation élevées, alors les plages d'intervention pour les opérations de maintenance sont très courtes. Il faut donc proposer un matériel robuste".

Deux mois après le démarrage, Jérôme Anselme s'apprêtait à signer sa première commande, pour le tramway de Dijon. Une petite commande qui porte "sur des pièces de maintenance et l'outillage", précise-t-il. Elle permet à l'exploitant d’obtenir la solution la plus intéressante sur le plan économique. C'est cependant à l'international qu'OCS2 devrait réaliser l'essentiel de son chiffre d'affaires (à hauteur de 60% selon le business plan). Début octobre, le gérant de la SARL a participé à son premier salon en Inde, grâce à un prêt d'honneur accordé par Initiative Côte-d'Or. C'est un pays en plein boom ferroviaire, qui "va électrifier 1.000 kilomètres de voies par an pendant dix ans".  Au-delà de l'Inde, OCS2 accompagne ses premiers projets au Sénégal, en Malaisie et au Canada, avec la fourniture des premiers devis.

L'entreprise se rémunère soit par la vente directe du matériel qu'elle préconise soit par une commission sur le montant du marché. Mais "j'aimerais créer une centrale d'achat sur les produits d'électrification des caténaires", précise Jérôme Anselme. Le projet n'est pas aisé à conduire dans la mesure où chaque projet demande un matériel adapté –quasiment sur mesure. Cependant, il répondrait à un enjeu majeur: celui de "l'expansion du transport de masse dans le monde" qui demande une amélioration de la compétitivité des fournisseurs (notamment en termes de délais).

 

En savoir plus
www.ocs2.com