Made in 21

Des cabines de plage… hors sol

Des cabines de plage made in Bourgogne. L’idée peut paraître incongrue quand on habite si loin de la grande bleue. C’est pourtant dans ce drôle de commerce que s’est lancé Jean-Claude Baumann à Beaune.

 

Ses cabines, Jean-Claude Baumann les a dessinées d’après des cartes postales anciennes, du Touquet ou de Noirmoutier, là où ces petits abris ont vu le jour dès le XIXe siècle. A charge aux clients, via le site internet www.ma-cabine-privee.fr, de les personnaliser. La couleur, l’installation d’une étagère, d’un banc ou d’un coffre, la décoration de la façade : chacun configure sa cabine comme il l’entend. "Je ne fabrique rien, précise Jean-Claude Baumann. Je sous-traite à des entreprises françaises." Les éléments de menuiserie sont réalisés dans une entreprise du Nord. C’est Jean-Claude Baumann qui les peint aux couleurs attendues par le client et qui les conditionne, dans des caisses-palettes dont il a confié la conception à l’Esat de Nuits-Saint-Georges. Tous les colis sont ensuite adressés à bon port grâce l’entreprise de messagerie Mazet à Longvic.

Un créneau à prendre

L’idée ? Elle est venue quand Jean-Claude Baumann s’est équipé d’une piscine. "Lorsque vous avez des invités, ils sont obligés de se changer dans la maison, s’ils veulent avoir un peu d’intimité. J’ai donc voulu dans un premier temps créer un pool house. Le permis de construire m’a été refusé par la ville de Beaune au motif que le coefficient d’occupation des sols était atteint. C’est en cherchant sur internet à acheter une petite cabine décorative que je me suis aperçu qu’il n’y avait rien. Pas d’offre." Qu’à cela ne tienne : Jean-Claude Baumann est plutôt bricoleur. Il réalise deux cabines par ses propres moyens. C’était en 2007 et l’histoire aurait pu en rester là.

Il y a un peu plus de trois ans, cependant, Jean-Claude Baumann –aujourd’hui âgé de 57 ans– est licencié après 35 ans comme cadre commercial dans le secteur de la plasturgie. "Après un licenciement, à plus de 50 ans, on a certes de l’expérience mais les entreprises estiment qu’on coûte trop cher, dit-il. C’est très difficile de rebondir." Jean-Claude Baumann suit alors un stage pour la création-reprise d’entreprise, à la CCI, qui lui permet de mûrir son nouveau projet. "La France est, après les Etats-Unis, le premier marché au monde pour les piscines privées. On compte 1,6 million de piscines, enterrées ou semi-enterrées, qui sont installées. C’est un marché qui continue de progresser au rythme de 7 à 10 % par an."

Ouvert en avril dernier, son site internet lui a déjà permis de traiter une centaine de demandes de devis sérieuses, dont dix commandes fermes. Un démarrage que Jean-Claude Baumann estime encourageant. "Je n’ai pas encore de recul, dit-il, mais mon activité sera forcément saisonnière. J’aurai peu de demandes en hiver. A l’inverse, je serai sans doute appelé à recruter, ponctuellement, pendant la belle saison."